vendredi, février 23
Affaires

CMA CGM : les bénéfices ont chuté en 2023 et 2024 s’annonce « morose »

Après deux années fastes et des profits exceptionnels grâce à l'explosion des tarifs de fret maritime, 2023 a été une année de retour à la normale pour CMA CGM (propriétaire de La Tribune). Le groupe a vu son chiffre d'affaires fondre à 47 milliards de dollars (-36,9%) et il affiche un bénéfice annuel de 3,6 milliards de dollars seulement contre 24,9 milliards un an auparavant. « Les conditions de marché du transport maritime se sont progressivement dégradées au cours de l'année. Nos résultats sont en baisse comme anticipé », a réagi le PDG du groupe Rodolphe Saadé, cité dans le communiqué de résultat. Au quatrième trimestre, CMA CGM a même enregistré une perte nette de 90 millions d'euros, une première depuis quatre ans. Le troisième transporteur mondial, comme l'ensemble de ses concurren...
Affaires

Electricité : Bercy accroît la pression sur les industriels et EDF pour nouer des contrats de long terme

C'est une situation délicate pour Bercy. Alors que le gouvernement a laissé le champ libre à EDF pour nouer des contrats de long terme avec les industriels selon ses propres conditions, ceux-ci tardent à voir le jour. Pourtant, l'électricien public lui-même en dépend pour avoir une visibilité sur ses revenus, et par là même absorber sa dette et financer ses investissements dans le nucléaire. Mais avec la chute des prix de l'électricité sur les marchés ces dernières semaines, EDF ne se trouve plus en position de force pour négocier ses prix. Mercredi, les cours sur la bourse d'échange européenne EPEX sont même passés sous la barre fatidique des 60 euros le mégawattheure (MWh) pour livraison en 2026... soit moins que le coût de production du nucléaire calculé par le régulateur. Dans ces cond...
Affaires

Salon de l’agriculture : le grand débat d’Emmanuel Macron avec les agriculteurs fait flop

[Article publié le vendredi 23 février à 12h19 et mis à jour à 18h46] Fiasco. Après la polémique sur l'invitation d'un collectif écologiste, Emmanuel Macron a annoncé qu'il renonçait à tenir un grand débat avec les agriculteurs ce samedi au Salon de l'Agriculture. Le président a cependant indiqué qu'il inaugurerait bien ce grand rendez-vous annuel et rencontrerait les syndicats agricoles au préalable. « Les syndicats agricoles (...) avaient voulu un débat ouvert. Ils en demandent aujourd'hui l'annulation. Dont acte », a écrit le chef de l'Etat sur le réseau social X, en précisant qu'il invitera samedi matin « tous les syndicats agricoles avant l'ouverture officielle du salon ». « Je serai là pour l'ouvrir et irai au contact de tous ceux qui veulent échanger comme je le fais chaque année »,...
Affaires

Le Sri Lanka paye le pétrole de l’lran avec… du thé

C'est un échange quelque peu atypique. Le Sri Lanka, en proie à de graves difficultés économiques et financières, a annoncé mercredi avoir exporté du thé pour une valeur de 20 millions de dollars vers l'Iran. Et ce, afin de rembourser partiellement sa dette pétrolière d'un montant de 251 millions de dollars. « Jusqu'à présent, 20 millions de dollars de thé ont été exportés vers l'Iran dans le cadre de l'accord de troc », a déclaré le bureau du Premier ministre sri-lankais, Dinesh Gunawardena, à l'issue de discussions à Colombo avec le ministre iranien des affaires étrangères, Hossein Amir-Abdollahian. Le thé de Ceylan, le nom de l'île à l'époque coloniale, représentait près de la moitié de la consommation iranienne en 2016, avant de diminuer ces dernières années. Gagnant-gagnant L'accord t...
Affaires

Le ski sans la neige, le pari électrique d’une startup normande

C'est un curieux engin hybride qui se situe quelque part entre le gyropode et le snowboard. La startup normande E-Line s'apprête à lancer sur le marché, sous la marque Skwheel, ce qui est présenté comme « les premiers skis électriques au monde ». Mais oubliez les spatules et les bâtons. Ceux-ci s'accommodent mal du manteau neigeux. Ils sont nantis de deux paires de roues directionnelles, de deux batteries et d'une télécommande sans fil qui régule la vitesse et le freinage. Transportables comme une valise à roulettes, ils s'utilisent avec des chaussures classiques et sur tous les types de terrains : de la plage, à l'asphalte en passant par le chemin forestier jusqu'aux pistes vertes et bleues des stations (pourvu qu'elles soient sans neige). Leurs deux moteurs les propulsent au choix à 25 k...
Affaires

Quand les opérateurs télécoms vendent leurs bijoux de famille

Elle était, jusqu'en 1980, la plus haute bâtisse de Londres. Située en plein cœur de la ville, la célèbre BT Tower, avec ses paraboles et antennes pointant dans toutes les directions, a été vendue par l'opérateur historique britannique. Ce « monument londonien », explique BT dans un communiqué publié ce mercredi, est désormais la propriété du groupe new-yorkais MCR Hotel. Celui-ci a signé un gros chèque de 275 millions de livres (321 millions d'euros) pour se l'approprier. Il compte transformer la bâtisse, autrefois chasse gardée des ingénieurs et experts des télécoms, en un « hôtel emblématique ». Cette opération immobilière illustre, à maints égards, les difficultés de nombreux acteurs des télécoms. A l'instar de BT, bien d'autres opérateurs du Vieux Continent vendent depuis des années l...
Affaires

Panneaux solaires : le Suisse Meyer Burger quitte l’Allemagne pour les Etats-Unis

Les discussions avec le ministère allemand de l'Economie n'auront pas suffi. Selon un communiqué publié ce vendredi, le fabricant suisse de panneaux solaires Meyer Burger a fait « un premier pas » pour fermer son usine allemande, située à Freiberg, d'ici avril, en stoppant la production dès « la première moitié du mois de mars ». Le site se trouve au cœur de la symbolique Solar Valley, un pôle industriel dédié au photovoltaïque, en plein cœur de l'ancienne RDA, qui a connu de grandes heures dans les années 2000, lorsque la branche était l'un des leaders mondiaux. En janvier, Meyer Burger avait mis déjà  en cause le manque de soutien public et les distorsions sur le marché des panneaux solaires en Europe face à l'afflux de produits chinois. Plus de 500 emplois sont menacés. « Puisqu'il n'y...
Affaires

Des céréales ukrainiennes de nouveau déversées sur la voie ferrée en Pologne

La tension à la frontière entre la Pologne et l'Ukraine n'est pas redescendue. Ce vendredi en fin de matinée, la police locale a en effet rapporté que des inconnus avaient une nouvelle fois déversé des céréales ukrainiennes sur la voie ferrée du côté polonais de la frontière entre les deux pays. « Vers 8h30 nous avons été informés que du blé avait été déversé de deux wagons d'un train en arrêt sur une voie auxiliaire, au village Okopy Kolonia, près de Dorohusk », a indiqué à l'AFP Ewa Czyz, porte-parole de la police de Chelm, ajoutant que des agents avaient été envoyés sur place. Lire aussiGuerre en Ukraine : comment la Russie tente de gagner la bataille de l'information Un « crime » pour Kiev Oleksandre Koubrakov, le ministère ukrainien des Infrastructures a aussitôt dénoncé ce « crime » ...
Affaires

France : pourquoi l’effort de guerre pour l’Ukraine se fracasse devant les réalités économiques

« L'économie de guerre aujourd'hui ? Maintenant, il faut passer de la parole aux actes. En tout cas, nous, on ne la voit pas en France », résume cruellement pour La Tribune un patron du secteur de la défense, dont la société est pourtant très concernée. En pleine croissance, son entreprise est boostée... par les commandes à l'export de pays proches de la Russie. « Les efforts (en matière d'économie de guerre, ndlr) qui devraient être faits ne le sont pas, ou en tout cas pas avec les résultats escomptés », a asséné mi-janvier le président de la Commission des Affaires étrangères et de la défense du Sénat, Cédric Perrin, qui s'oppose au ministre des Armées, Sébastien Lecornu sur ce dossier. Face à l'effort de guerre russe impressionnant, Emmanuel Macron semble être un peu moins enthousiaste ...
Affaires

Automobile : la rémunération du patron de Stellantis Carlos Tavares a explosé en 2023

« Tavares, c'est vraiment le Mbappé de l'automobile ». L'année dernière, c'est ce qu'avait exprimé sur un post LinkedIn l'ancien président du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux, pour défendre le niveau de rémunération du patron de Stellantis Carlos Tavares en 2022. Pas sûr que l'augmentation de son salaire 2023 calmera ses détracteurs. Ce vendredi, le groupe a en effet annoncé que la rémunération globale de son dirigeant pourrait atteindre, à terme, 36,5 millions d'euros pour l'année 2023. Soit une augmentation de 56% sur un an. Cette hausse est notamment liée au versement d'une prime de 10 millions d'euros, liée à la « transformation » du groupe créé en 2021, selon le rapport financier de Stellantis. La rémunération intègre des bonus et des pensions de retraite qui seront versés sur le long ...