En France, rien n’a encore été défini pour cette question délicate. À 98 jours de la cérémonie d’ouverture, il y a urgence à décider alors que le Japon subit de plein fouet l’épidémie de Covid-19. En France, la question de la vaccination contre le Covid-19 des sportifs français se rendant au Jeux olympiques de Tokyo 2021 n’est pas tranchée. Au ministère des Sports, on assure que la concertation est en marche et qu’on recense les « besoins et les demandes auprès des athlètes, de leurs staffs et des différentes fédérations. » Un plan de vaccination pourrait être dévoilé d’ici la fin du mois de mai mais rien n’est encore précisé.

D’autres pays comme la Hongrie, où la vaccination des sportifs se rendant à Tokyo est obligatoire ou aux Pays-Bas où elle est prioritaire, ont arrêté leur stratégie. Pas en France mais en fonction d’une simple ou double injection, le temps commence déjà à presser. « Il faut compter un mois et demi et il ne faut donc pas trop tarder, reconnaît Roxana Maracineanu, la ministre déléguée aux Sports. Au-delà d’un mois et demi, ça sera trop tard parce que beaucoup de délégations vont partir en stage. Aujourd’hui, on est en discussion avec le ministère de la Santé pour voir quels vaccins, où quand, comment. »

La question est délicate : il ne faudrait pas, quel que soit l’enjeu, que les sportifs apparaissent comme des privilégiés. « Pour l’instant, on sait qu’il y a d’autres priorités, assume Mélina Robert-Michon, en lice pour le titre olympique au lancer du disque. Nous sommes des athlètes en bonne santé. On ne va pas prendre la place de personnes qui en ont le plus besoin. Dans l’avenir proche, ça va pouvoir se décanter pour de plus en plus de personnes. À ce moment-là, on pourra évaluer et voir ce qui est le mieux pour chaque athlète. C’est ça le plus important. »

C’est aussi un choix personnel. La compagne de Florent Manaudou, elle-aussi nageuse de haut-niveau – la Danoise Pernille Blume, championne olympique du 50 m nage libre à Rio – a contracté le Covid-19 il y a trois semaines et elle n’est toujours pas remise. Pour le nageur marseillais, la réflexion est en cours. « Je ne suis pas un grand fan de vaccins mais avoir le Covid un mois ou deux semaines avant les Jeux, ce n’est vraiment pas une solution, glisse Florent Manaudou à franceinfo. Il faut peser le pour et le contre, pour l’instant je n’ai pas fait mon choix. Mais je m’orienterai sans doute vers la vaccination, juste pour pouvoir faire les Jeux et participer à ça. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *