Le maillot jaune du Tour de France a terminé quatrième de l’étape du jour entre Vierzon et Le Creusot, et a creusé son avance sur ses poursuivants.

Cache-t-il parfaitement son jeu ? Est-il à sa place sur des terrains qui lui correspondent ? Va-t-il craquer en haute montagne ? Si l’on n’imagine pas (encore) Mathieu van der Poel (Alpecin-Fenix) accomplir le même Tour que Julian Alaphilippe en 2019, le Néerlandais a visiblement pris goût à son paletot jaune, qu’il porte depuis la 2e étape.

Si Primoz Roglic, pointé à neuf minutes du vainqueur du jour Matej Mohoric, est l’immense perdant du jour, Van der Poel en est le grand gagnant. Arrivé en 4e position dans le groupe de contre où figurait également Wout Van Aert, le maillot jaune a creusé l’écart sur tous ceux qui menaçaient sa place.

Maillot jaune sur le dos, il est parti dans l’échappée, fait suffisamment rare pour être souligné. Puis le Néerlandais a contrôlé les deux qui l’inquiétaient : Wout Van Aert (Jumbo-Visma) et Kasper Asgreen (Deceuninck-Quick Step). « Wout était vraiment fort aujourd’hui. Avec Asgreen, je devais les tenir à l’oeil. Je me suis battu pour une journée de plus en jaune », s’est-il félicité à l’issue de l’étape. A l’arrivée, il est resté longtemps à terre, prostré, vidé par ses efforts du jour et ce sprint final pour grapiller le maximum de temps dans les derniers hectomètres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *