samedi, mars 2

Royaume-Uni : l’inflation, priorité absolue du gouvernement avant la croissance

L’inflation, qui alimente une crise économique et sociale violente outre-Manche, préoccupe plus que tout autre sujet le gouvernement britannique. Le ministre des Finances britannique Jeremy Hunt a martelé ce vendredi sur la chaine Sky News que la lutte contre l’inflation était sa priorité absolue, devant la croissance.

Lire aussiRoyaume-Uni : Sunak, un financier à Downing Street pour calmer les marchés

L’indice des prix a ralenti en avril à 8,7% sur un an. La hausse est ainsi passée pour la première fois depuis avril sous la barre des 10%, restant tout de même la plus élevé des pays du G7. En réponse à une question sur la remontée des taux d’intérêts opérée par la Banque d’Angleterre dans le sillage de la Fed et de la BCE, Jeremy Hunt a expliqué que « l’inflation est une source d’instabilité, et si nous voulons (…) de la croissance et réduire le risque de récession, nous devons soutenir la Banque d’Angleterre (BoE) ».

Le Chancelier de l’Echiquier a aussi évoqué les « décisions difficiles que je prends en tant que Chancelier pour équilibrer les comptes publics afin que les marchés mondiaux puissent voir que la Grande-Bretagne est un pays qui paie » ses dettes.

Jeremy Hunt veut rassurer les marchés

Le ministre de Rishi Sunak cherche à afficher ouvertement son approbation de la politique monétaire de la BoE afin de rassurer les marchés financiers. L’équilibre budgétaire est un grand motif d’inquiétude de Londres depuis que l’éphémère gouvernement de Liz Truss, très critique de la politique de la Banque d’Angleterre, a brutalement démissionné en octobre après des attaque sur la dette britannique à la suite d’un budget massif et non financé.

Les taux d’emprunt à long terme du Royaume-Uni restent malgré tout extrêmement hauts, proches du pic atteint lors de la crise provoquée par le gouvernement de Liz Truss. Les ménages, dont le budget est déjà obéré par l’inflation, souffrent des répercussions de la remontée des taux qui alourdit le coût des crédits, notamment immobiliers dont une partie sont variables en fonction de l’inflation.

Lire aussiUne légère récession, est-ce si grave ?

Jusqu’ici l’économie britannique est parvenue à échapper à la récession qu’on lui promettait pour 2023, ce qui laisse un peu de marge de manœuvre à la BoE pour poursuivre son durcissement monétaire. Le Fonds monétaire international (FMI) a ainsi publié cette semaine une prévision de croissance en hausse de 0,4% sur l’année 2023, après avoir longtemps annoncé des chiffres de récession.

(Avec AFP)

Lien source : Royaume-Uni : l'inflation, priorité absolue du gouvernement avant la croissance