samedi, avril 13

CMA CGM : les bénéfices ont chuté en 2023 et 2024 s’annonce « morose »

Après deux années fastes et des profits exceptionnels grâce à l’explosion des tarifs de fret maritime, 2023 a été une année de retour à la normale pour CMA CGM (propriétaire de La Tribune). Le groupe a vu son chiffre d’affaires fondre à 47 milliards de dollars (-36,9%) et il affiche un bénéfice annuel de 3,6 milliards de dollars seulement contre 24,9 milliards un an auparavant. « Les conditions de marché du transport maritime se sont progressivement dégradées au cours de l’année. Nos résultats sont en baisse comme anticipé », a réagi le PDG du groupe Rodolphe Saadé, cité dans le communiqué de résultat.

Au quatrième trimestre, CMA CGM a même enregistré une perte nette de 90 millions d’euros, une première depuis quatre ans. Le troisième transporteur mondial, comme l’ensemble de ses concurrents, a été frappé de plein fouet par le ralentissement du commerce mondial et surtout, par un retour à des tarifs équivalents à la période d’avant la pandémie de Covid-19. Le chiffre d’affaires de la division maritime a été quasiment divisé par deux sur l’année, malgré un volume de marchandises transporté équivalent (+0,5%). Il s’élève à 31,4 milliards de dollars, contre 59 milliards en 2022.

En même temps, le groupe a consolidé sa présence à l’international, notamment aux Etats-Unis où il a finalisé deux acquisitions de terminaux à conteneurs, alors qu’au Nigeria, c’est la phase 1 du terminal à conteneur multi-utilisateur nouvelle génération qui a été inauguré.

« L’année 2024 s’annonce incertaine », a prévenu Ramon Fernandez, le directeur financier du groupe. « Les prévisions de croissance mondiale sont toujours inférieures aux moyenne historiques (…) mais l’ensemble des observateurs prévoient une reprise du commerce international de biens », a-t-il relativisé. Concernant les tensions géopolitiques, notamment en mer Rouge, où les navires de commerce ne passent quasiment plus depuis le début de l’année en raison des attaques des Houthis dans le détroit de Bab al-Mandab, « il y aura des impacts économiques sur nos activités », a ajouté Ramon Fernandez.

Face au retournement cyclique dans le transport maritime, le groupe compte sur le relais de sa branche logistique pour résister aux chocs. Le développement engagé avec les rachats successifs d’Ingram Micro CLS, Colis Privé et GEFCO s’est poursuivi avec la signature d’un accord en vue de l’acquisition de Bolloré Logistics, ce qui fera du Groupe basé à Marseille l’un des cinq principaux acteurs du secteur. De son côté CMA CGM Cargo, la filiale consacrée au fret aérien, a poursuivi son développement en s’appuyant sur une flotte de 5 avions qui sera renforcée cette année par la livraison de deux appareils B777 F. 2023 a également vu l’acquisition de La Méridionale, la compagnie maritime de transport mixte (fret et passagers) chargée de la liaison avec la Corse pour laquelle la commande de deux navires propulsés au GNL a été actée.

Continuer d’accélérer la décarbonation

Engagé dans la décarbonation du transport et de la logistique, CMA CGM a continué à affirmer ses positions notamment lors de la Cop28, où Rodolphe Saadé a annoncé une collaboration avec les leaders mondiaux du secteur, l’objectif étant la mise en place de mesures concrètes qui servent la décarbonation, une façon d’entraîner l’ensemble de la chaîne de valeur. En parallèle, les investissements se sont poursuivis, dont ceux engagés par le fonds Pulse, doté de 1,5 milliard de dollars pour 5 ans, lequel a engagé rien que pour l’année 2023, 453 millions d’euros dans 40 projets parmi lesquels Carbon, la gigafactory solaire qui envisage de s’installer dans le périmètre de Marseille-Fos, Verkor, la gigafactory de véhicules électriques ou encore Neoline, le projet de cargo à propulsion vélique, entré en chantier en 2023.

Plus de 15 milliards de dollars ont ainsi été investis pour doter le Groupe d’une flotte de 120 navires alimentés au GNL et au méthanol d’ici 2027. A noter aussi, la livraison toute récente du CMA CGM Mermaid, premier porte-conteneur de nouvelle génération d’une série de 10 bateaux au design pensé pour une performance énergétique optimisée.

Lire aussiLa stratégie de CMA CGM et Maersk pour accélérer la décarbonation du secteur maritime

L’enjeu de la diversification

Autre pilier de diversification, CMA CGM a poursuivi sa stratégie d’acquisition dans les médias en devenant en juillet 2023 l’actionnaire majoritaire de La Tribune et en donnant naissance à La Tribune Dimanche en octobre dernier. CMA CGM est également l’actionnaire majoritaire de La Provence et Corse Matin et possède des participations dans Brut et M6.

Pour 2024, le Groupe prévoit de façon globale une croissance économique mondiale atone, soulignant cependant le possible rebond du commerce mondial de biens. Reste les tensions géopolitiques dont celles qui compliquent l’emprunt de la Mer Rouge, théâtre d’attaques ciblées sur les navires de marine marchande, appuyant de fait encore davantage sur les incertitudes du transport maritime. CMA CGM, qui enregistre un chiffre d’affaires 2023 de 47 milliards de dollars, en recul de 36,9%, se dit « attentif à l’évolution de la situation macro-économique et géopolitique » et « confiant » sur sa capacité à faire de la diversification engagée, un axe de solidité face à une année qui « s’annonce incertaine ».

Lien source : CMA CGM : les bénéfices ont chuté en 2023 et 2024 s'annonce « morose »