mercredi, juin 19

Dissolution : Laurent Wauquiez de retour au coeur de l’arène nationale

La rumeur de sa candidature n’est pas nouvelle : lors des élections législatives de 2017 et de 2022, puis des élections municipales de 2020, et même des présidentielles de 2022 et 2027… Mais cette fois, le timing s’accélère, selon les informations du Parisien.

Le président LR de la Région Auvergne Rhône-Alpes, élu successivement en 2015 et 2021, n’a jamais caché ses ambitions de revenir sur la scène nationale, depuis sa démission de la présidence du parti les Républicains (LR), une semaine après la déroute du parti (8,48%) aux élections européennes de 2019.

Cette fois, c’est la mécanique inverse qui se produit, alors qu’une vague historique du RN s’est déferlée sur l’Hexagone, jusque dans son bastion d’Auvergne Rhône-Alpes.

Lire aussi Élections européennes : en Auvergne-Rhône-Alpes, le Rassemblement national déferle, Renaissance et les Verts se délitent

Son entourage le confiait au Parisien : alors que les deux députés LR de la Haute-Loire doivent annoncer ce mardi s’ils seront de nouveau candidats aux prochaines élections législatives anticipées des 30 juin et 7 juillet prochains, le nom de Laurent Wauquiez est désormais de nouveau dans la course pour remplacer la députée Isabelle Valentin dans la première circonscription de Haute-Loire.

Toujours selon les informations du Parisien, Laurent Wauquiez pourrait officialiser sa candidature depuis la ville d’Yssingeaux (Haute-Loire) aux côtés d’Isabelle Valentin, dont il était actuellement suppléant, dès cet après-midi vers 13h30.

La tête de la Région bouleversée ?

Une candidature qui pourrait poser de nouvelles questions au coeur de la campagne éclair, qui s’apprête à débuter à compter de ce dimanche, date limite du dépôt des listes pour le premier tour du scrutin, prévu le 30 juin prochain.

A commencer par celle de sa succession à la présidence de Région. Car en vertu de la loi sur non-cumul des mandats locaux et nationaux de 2014, il est désormais interdit à tout député et sénateur d’exercer une fonction exécutive locale dont celle de président de Région.

Laurent Wauquiez, qui s’est posé depuis plusieurs mois déjà à la fois comme un fervent opposant au macronisme et l’homme fort de l’aile droitière de son parti, faisant d’Auvergne Rhône-Alpes un laboratoire de sa politique tourné vers l’échelle nationale, sera également très attendu sur le positionnement à tenir dans la campagne qui s’annonce.

Car si le président du Rassemble national (RN), Jordan Bardella a affirmé sur RTL « tendre la main » aux membres de LR et soutenir des candidats de droite aux législatives anticipées du 30 juin, le président des Républicains, Eric Ciotti, n’a toujours pas décliné formellement l’invitation, suscitant l’indignation d’un autre président LR de Région, Xavier Bertrand.

Ce mardi midi, Laurent Wauquiez a lui-même d’ores et déjà écarté « le saut dans l’inconnu du RN », appelant son parti à une « parole indépendante », comme le rappelle l’AFP suite à son tweet sur le réseau X (ex-Twitter) :

« Le devoir de la droite républicaine est de proposer une parole claire et indépendante entre l’impuissance du en même temps et le saut dans l’inconnu du RN », a-t-il affirmé dans un post sur les réseaux sociaux, rejetant ainsi « les combinaisons d’appareil ».

Pour rappel, Laurent Wauquiez avait occupé successivement plusieurs postes à l’échelle nationale : ancien ministre lors du quinquennat de Nicolas Sarkozy, ex-député de Haute-Loire et ex-maire du Puy-en-Velay, il avait été largement élu à la tête du parti LR en décembre 2017, avec environ 75% des voix.

Lien source : Dissolution : Laurent Wauquiez de retour au coeur de l'arène nationale