mercredi, juin 19

Hydrogène : le géant Saint-Gobain vient muscler le capital de la startup Gen-Hy

Après le géant du bâtiment Eiffage en février dernier, la startup française Gen-Hy a annoncé ce lundi l’entrée à son capital de Saint-Gobain et la signature d’un partenariat stratégique avec le géant des matériaux de construction.

Avec cet accord, Saint-Gobain devient donc « le second grand industriel à s’associer à Gen-Hy », a fait valoir la startup dans un communiqué. Si elle ne précise pas à quelle hauteur le groupe entre dans son capital, elle conserve toutefois la majorité des parts. Aucun autre détail financier de l’accord n’a été communiqué.

Monter en puissance sur les électrolyseurs

Ce partenariat avec Saint-Gobain permettrait de « développer et industrialiser à grande échelle de futures générations de membranes AEM » pour améliorer les rendements de l’électrolyse – procédé permettant de produire de l’hydrogène vert – s’est félicité Gen-Hy. L’entreprise espère « bénéficier des compétences reconnues de Saint-Gobain » et « pouvoir explorer de nouveaux matériaux et procédés d’élaboration ».

Lire aussiHydrogène : le plus gros électrolyseur d’Europe prêt à démarrer au cœur d’une industrie allemande en quête de transition

Outre l’augmentation des rendements et la baisse des coûts de production, cet accord lui permettrait de « monter en puissance sur les stacks d’électrolyseurs » utilisés dans la production d’hydrogène vert, ajoute la jeune pousse.

Un projet d’usine dans le Doubs

Au mois de février dernier, Gen-Hy a levé 9 millions d’euros afin d’abonder le financement d’un projet d’usine de production à grande échelle de ses membranes. Celui-ci est censé voir le jour au troisième trimestre 2024 et sera situé à Allenjoie, dans le département du Doubs.

Lire aussiTurbine à hydrogène : une première mondiale prometteuse pour la décarbonation de l’industrie

Pour rappel, le ministère de l’Industrie avait annoncé en octobre dernier son soutien à la jeune pousse à hauteur de 111 millions d’euros, dans le cadre du programme européen pour la filière hydrogène.

Une alternative pour l’industrie lourde

Lancée à Orly dans le Val-de-Marne, Gen-Hy est issue de la société francilienne FlexFuel Energy Development, spécialisée dans les technologies telles que les kits bio-éthanol pour véhicules. L’hydrogène est considéré comme une solution permettant de décarboner une large part de secteurs aujourd’hui sans solutions alternatives aux énergies fossiles, tels que l’industrie lourde ou les transports volumineux.

Pour qu’il soit « vert », sa fabrication passe par une électrolyse de l’eau (un courant électrique dans l’eau permettant de séparer l’élément H2), actionnée par des énergies renouvelables.

4 milliards d’euros pour la filière hydrogène française

Pour doper la production d’hydrogène bas carbone sur son territoire, la France va allouer 4 milliards d’euros aux industriels afin de compenser les coûts supplémentaires engendrés par la production d’hydrogène n’ayant pas recours aux énergies fossiles.

Une mesure longtemps attendue par la filière, qui pointe à l’unanimité les lenteurs des procédures européennes. Annoncée en septembre par la ministre de la Transition énergétique Agnès Pannier-Runacher, cette enveloppe est censée être un préalable à la révision de la stratégie nationale de l’hydrogène français. Le temps presse face aux Etats-Unis et à l’Allemagne, qui ont déjà mis en place de puissants instruments.

(Avec AFP)

Lien source : Hydrogène : le géant Saint-Gobain vient muscler le capital de la startup Gen-Hy