samedi, avril 13

Panneaux solaires : le Suisse Meyer Burger quitte l’Allemagne pour les Etats-Unis

Les discussions avec le ministère allemand de l’Economie n’auront pas suffi. Selon un communiqué publié ce vendredi, le fabricant suisse de panneaux solaires Meyer Burger a fait « un premier pas » pour fermer son usine allemande, située à Freiberg, d’ici avril, en stoppant la production dès « la première moitié du mois de mars ». Le site se trouve au cœur de la symbolique Solar Valley, un pôle industriel dédié au photovoltaïque, en plein cœur de l’ancienne RDA, qui a connu de grandes heures dans les années 2000, lorsque la branche était l’un des leaders mondiaux.

En janvier, Meyer Burger avait mis déjà  en cause le manque de soutien public et les distorsions sur le marché des panneaux solaires en Europe face à l’afflux de produits chinois. Plus de 500 emplois sont menacés.

« Puisqu’il n’y a pas encore eu de décision sur des mesures de soutien pour remédier aux actuelles distorsions de marché créée par l’excès d’offre et le dumping dans les modules solaires, le groupe a décidé de commencer les préparatifs pour la fermeture de son site à Freiberg, qui prendrait effet en avril » indique le groupe.

Depuis que l’accès au marché américain leur est fermé, les panneaux solaires chinois inondent l’Europe, faisant s’effondrer les prix. Face à cette pression, le groupe suisse compte mettre l’accent sur les Etats-Unis, qu’il juge beaucoup plus attractifs.

L’Inflation Reduction Act attire de nombreux investissements

La production photovoltaïque y considérablement subventionnée depuis l’introduction de l’Inflation Reduction Act en 2022, qui attire de nombreux investissements. Ce programme de subvention pousse de nombreuses entreprises européennes dans différents secteurs industriels à implanter des usines Etats-Unis ou y accroître leurs capacités de production.

Meyer Burger a convoqué ses actionnaires pour une assemblée générale extraordinaire qui doit se tenir le 18 mars afin de voter sur son plan de financement pour ses usines en cours de construction aux Etats-Unis, à Colorado Springs dans l’Etat du Colorado et à Goodyear en Arizona.

Lire aussiÉnergie : face à l’ogre chinois, l’Europe veut relocaliser ses panneaux solaires

Rien de bien surprenant : entre surproduction des usines chinoises de modules solaires, course aux subventions avec les Etats-Unis et coûts élevés de fabrication en Europe, le pari était incertain. En début d’année, déjà, Meyer-Burger a préféré étendre la capacité de production de ses usines américaines, plutôt que celle de son site allemand, pour lequel il demandait une subvention européenne de 200.000 euros.

Le secteur fait face à une surcapacité de l’offre en provenance de Chine

La filière a toutefois repris des couleurs. De janvier à septembre 2022, la production de modules de panneaux solaires a grimpé de 44% sur un an en Allemagne, après une hausse de 75% sur la même période en 2021. Mais les pays de l’UE produisent toujours plus cher que leurs concurrents alors que le secteur fait face à une surcapacité de l’offre en provenance de Chine qui fait plonger les prix pour tout le secteur. « Cette offre excédentaire et bradée menace le peu d’entreprises de construction de panneaux solaires qui existent encore localement, et qui ont beaucoup de mal à vendre leurs produits », alertait fin décembre Jan Jacob Boom-Wichers, PDG d’Holosolisune société française à actionnariat européen qui prévoit de démarrer la construction en Moselle début 2025 de la plus grande usine de production de panneaux photovoltaïques du continent.

Dernière victime en date, l’entreprise norvégienne Norwegian Crystals qui a déposé son bilan fin août, incapable de résister à la concurrence chinoise.

(Avec AFP)

Lien source : Panneaux solaires : le Suisse Meyer Burger quitte l'Allemagne pour les Etats-Unis